blog-post-img-1615

La dépendance affective, qu’est-ce que c’est?

Qui n’a jamais entendu ou prononcé ces expressions :”Sans lui, je ne suis rien” ou “Sans lui, je ne vaux rien” ou bien encore “Tu es Tout pour moi”, “Sans toi, ma vie n’aurait plus de sens”.

Ceux qui ont prononcé ces mots sont-ils tous pour autant des dépendants affectifs? Heureusement non! si ces phrases ne sont prononcés qu’occasionnellement. Si ce n’est pas le cas, alors ce peut déjà être un indice de dépendance affective d’autant si l’un des deux partenaires de cet amour vit ou plutôt survit dans l’ombre de l’autre et répète ses phrases avec souffrance.

Poser la question de la dépendance affective, c’est poser pour chacun de nous la question de l’amour. Qu’est-ce que l’amour pour nous? Aimons-nous l’autre pour ce qu’il est et nous sentons-nous nous-mêmes reconnus dans l’amour de l’autre? Ou bien aimons-nous, et vivons-nous au travers d’un besoin fusionnel de l’autre; dans une dépendance maladive à son égard?

Mais qui sommes-nous dans cette forme d’amour? Sommes-nous nous-mêmes? Ou sommes-nous devenus les seuls désirs de l’autre pour se sentir enfin reconnu et aimé? Ces désirs de l’autre pour lesquels nous sommes prêts à nous sacrifier et que nous cherchons même à anticiper pour pouvoir le ou la combler parfaitement, est-ce par peur d’être dés aimé? Ou est-ce la peur d’être abandonné? Alors, nous sommes prêts à tout accepter de l’autre, le manque de respect,de considération, de reconnaissance, d’écoute et parfois même pire pour un regard sur soi, pour ce que nous croyons être de l’amour.

Notre façon d’aimer est conditionnée par notre vie passée, par la façon dont nous avons été aimés enfants, et plus exactement par ce que nous avons intériorisé de cet amour. Nos blessures enfantines, d’amour vont donc influer sur notre vie affective future. Nous sommes-nous sentis abandonnés par un ou nos deux parents? Abandon réel ou vécu comme tel, peu importe, ce qui compte, c’est la blessure. Le regard des autres, notre environnement, notre famille, tout cela aura une influence sur nos relations amoureuses. Qu’ont-elles été? Un même schéma se répète-t-il à l’occasion de chaque rencontre amoureuse?

Où sont nos besoins à nous? Là est la question essentielle à se poser. Qu’avons-nous renié de nous-mêmes jusqu’à ne plus exister, ne plus ressentir d’émotions, de désirs, ne plus se sentir vivant? Seul l’autre existe, pour nous dérober à nous-mêmes, à nos propres blessures et angoisses…Mais cette situation ne peut avoir qu’un temps, et espérons-le tout au moins, parce qu’autre le fait qu’elle mène dans une impasse, elle n’induit que souffrance…En se reniant, les personnes dépendantes d’un point de vue affectif, ne peuvent que vivre des relations stériles, en agissant dans un processus d’évitement continuel. Comment en ne se rencontrant jamais elles-mêmes, pourraient-elles rencontrer l’autre?
Cette relation est le contraire d’une relation vivante, créatrice, épanouissante et satisfaisante.

“L’amour ne donne que de lui-même et ne prend que de lui-même. L’amour ne possède pas et ne saurait être possedé. Car l’amour suffit à l’amour.” Khalil GIBRAN, Le Prophète.

Originally posted 2013-05-15 17:32:38.